Le massif du Montgrí est la grande formation calcaire qui fait la frontière naturelle entre le Baix et L'Alt Empordà.

Il a une extension de 2300 hectares et se compose de trois montagnes, toutes légèrement supérieures à trois cents mètres de haut: la montagne Ullà (ou Mont Anill), les montagnes du Montgrí et du Montplà et de plusieurs élévations mineures qui lui donnent sa continuité sur environ huit kilomètres de long jusqu'à la côte de L'Estartit, où se distinguent le rocher Maura et la tour Moratxa.
La valeur paysagère de cette zone se caractérise principalement par sa grande hétérogénéité, son caractère unique et l'ensemble des facteurs géologiques, météorologiques et humains qui ont façonné son environnement naturel et physique avec des communautés végétales et animales caractéristiques.
En ce qui concerne la faune, il convient de noter la présence d'un grand nombre d'oiseaux de proie, tels que l'aigle de Bonelli, la crécerelle, l'aigle à doigts courts ou l'épervier. D'autres oiseaux caractéristiques sont ceux typiques des environnements rocheux, tels que le rocker solitaire ou le moineau aigu. Dans les zones de chêne vert et de sous-bois, différentes espèces de petits oiseaux se distinguent, et dans les habitats forestiers, la mésange bleue, le pigeon ramier, le bec-croisé, etc. Enfin, dans les zones ouvertes, nous pouvons voir des alouettes et des perdrix.
C'est une zone très déboisée, principalement occupée par des pinèdes qui atteignent la mer. Les zones éminemment rocheuses ou se sont formé des grottes intercalées avec des zones de végétation.
Le pin, qui est l'arbre prédominant, coexiste avec le kermès, l'ajonc, le jaguar blanc, le jaguar noir et le romarin.
Dans la zone maritime, les environnements rocheux forment des criques très abruptes mais très belles, comme Cala Pedrosa ou Cala Ferriola.
Ponç Hug, comte d'Empúries, modifia vers 1302 le cours du Ter et le lit asséché de la rivière n'était plus une barrière à la propagation des sables déposés par les rivière Muga, Fluvià et Ter.
Transportées et empilées par le vent du nord, de grandes dunes mobiles ont avancé jusqu'à la fin du XIXe siècle, causant des problèmes à l'agriculture et à la population. Quelques dunes qui avançaient en moyenne de 16 mètres / an.
À partir de 1895, un long travail d'ingénierie forestière a commencé et cette dune a été fixée en la repeuplant d’espèces végétales faisant des écrans contre le vent et en plantant également des espèces en lignes perpendiculaires.
Espèces végétales telles que borró (Amohila arenaria), pin blanc (Pinus halepensis), pin parasol (P. pinea), pin pinastro (P. pinaster), cyprès (Cupressus sempervirens) et arbustes résistants à la sécheresse tels que le mastic (Pistacia lentiscus ) ou le balai (Spartium junceum).
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers (Google Analytics) pour analyser nos services en fonction de vos habitudes de navigation (par exemple, les pages visitées). Cliquez ici pour plus d’informations. Vous pouvez accepter tous les cookies en appuyant sur le bouton "Accepter" ou refuser leur utilisation en appuyant sur le bouton "Rejeter".